Previous month:
septembre 2016
Next month:
juin 2017

mai 2017

La victoire d'une candidature numérique et de terrain. Et des regrets.

Regret2Depuis plus d'un an, j'ai adhéré et travaillé sans relâche au service d'une cause improbable, la promotion puis la candidature puis la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle. Un objectif impossible à première vue même pour les plus grands soutiens d'Emmanuel Macron mais qui a été atteint. Exceptionnel.

Cette victoire, chacun le sait est dû avant tout au talent et à l'énergie du candidat. Emmanuel Macron est un candidat fantastique. Il sera je le pense, un président extraordinaire.

Mais hormis d'autres facteurs bien plus politiques sur lesquels je reviendrai une autre fois, rien n'aurait été possible sans le support des équipes autour d'Emmanuel Macron, équipes centrales en premier lieu au QG qui ont conçu et délivré nombre d'actions et outils originaux de campagne. La stratégie d'ensemble a été clé. Remarquablement menée. Ensuite les équipes de terrain dans les départements ont exécuté la stratégie décidée en haut lieu quitte à inventer et déployer eux mêmes un certain nombre d'initiatives locales. C'est là que j'ai œuvré, à l'animation des comités locaux des Yvelines. Une belle équipe autour d'Aziz François N'Diaye et Aurélie.

C'est une innovation permanente qui a mené à ce résultat. Dans cette campagne, l'innovation politique et les méthodes de management ont été dignes de grandes entreprises de la high tech. Ne serait ce que pour inviter et réunir des foules, les outils numériques ont été nombreux, intuitifs, partagés par une communauté branchée sans difficulté majeure. Du jamais vu mais finalement beaucoup de simplicité à l'usage, car utilisant beaucoup de logiciels de partage et de groupware. La plateforme en-marche.fr a été une des clés logistique du succès.

L'autre clé a été le travail de terrain. Le fameux porte à porte qui génère des échanges directs, qui convainc bien plus de personnes que le boitage ou l'affichage, qui combat l'abstention. Nous avons réalisé un beau boulot, collectif et productif. Nous avons fait le job. J'ai comme beaucoup d'autres, arpenté toutes les Yvelines et notre secteur des soirs durant, distribué des tracts des journées entières, collé des affiches, animé des réunions, organisé des calls pour donner des conseils et des directives de campagne et nous avons gagné. Collectivement. Une belle aventure humaine. Epuisante mais enrichissante. J'ai également passé du temps à convaincre sur les réseaux sociaux, un par un, les sceptiques, les critiques, les détracteurs. J'ai cherché à argumenter avec optimisme et bienveillance. Parfois avec vigueur quand l'opposition était plus rude. Un temps fou que j'ai passé, y perdant parfois la confiance et la patience de mes proches.

Sur le plan politique, j'ai quitté le PS, larguant toutes les amarres et les repères que j'avais dans mes tripes depuis trente deux ans. Sur le plan professionnel, j'ai mené de front à la fois un PSE me concernant et une activité syndicale, commerciale chronophage. J'ai assuré bien sûr mon rôle d'élu local à Meulan. Des journées de 12 à 16h parfois.

Alors ce soir néanmoins j'ai un regret, une frustration, une déception. Sans que ce soit une nécessité impérieuse mais bien un espoir, j'ai candidaté pour être député sur la 7ème circonscription et je n'ai pas été désigné. C'est la règle je le sais. Je savais que c'était possible mais quand même. J'aurais accepté la désignation de quasiment tout le monde sauf un parachutage, en l'occurrence d'une élue Modem, qui a profité d'un accord d'appareil pour obtenir l'investiture. C'est une dame sans doute honorable, je ne la juge pas, j'aurais sans doute fait comme elle à sa place (sauf le parachutage). Mais c'est pourquoi pour l'heure, je prends du recul.

Cela gâche la victoire. Pour d'autres adhérents qui n'avaient pas cette espérance mais soutiennent le projet depuis quelques semaines ou quelques mois, je l'ai entendu, un candidat ou un autre, finalement peu importe. Pour les pionniers du début par contre, quand nous n'étions que quelques uns, c'est autre chose. C'est forcément plus dur.

Alors s'il vous plait, laissez nous du temps avant de nous appeler messieurs dames du QG pour nous demander si nous avons envie de continuer à nous engager. Laissez nous digérer, avant de nous envoyer un mail type qui nous dit que dans les critères, comptaient "l’implication dans le mouvement, l’ancrage territorial, la motivation, le degré de préparation, la capacité à faire campagne et à emporter le scrutin." ... Beaucoup de recalés parmi mes amis ont dû avaler leur salive de travers quand ils ont lu cela. Implication ? Motivation ? ... Vous êtes sérieux là ?

Je préfère ne rien ajouter. La victoire d'EM aux législatives est acquise. Moi je vais prendre un repos bien mérité.

PS : je publie cette note sur mon blog sans la partager sur Facebook où je suis plus visible. Mon blog est destiné à mes proches, mes amis, mes connaissances. Il a cette vocation à dire ce qui fait le temps long de ma réflexion, loin du tumulte des réseaux sociaux.