Macron chat alors !
La crise sociale sur la loi travail constitue les prémices d'une rupture politique.

Social-libéralisme

Un article de Slate m'a convaincu de dire mon accord avec le social libéralisme. De social démocrate je me droitise encore ... diront les détracteurs. Eh bien soit. Je préfère assumer une étiquette de libéral de gauche que de social démocrate de droite. Ou pire de socialiste de façade. Social-traître ... peu importe.

Les insultes et le mépris de certains "camarades" ne me font pas peur. Les Filoche, Hamon, Paul et Baumel n'appartiennent pas à ma gauche. Pas plus que les communistes et les Verts rouges. Je connais le monde de l'entreprise privée, le monde du risque et de la rémunération variable, le monde du travail et de la gestion. Ce n'est pas pour me laisser impressionner en économie par des gens qui n'ont pour horizon que les syndicats les plus conservateurs, la fonction publique (respectable au demeurant) et les appareils politiques les plus sclérosés. Quand j'entends des apparatchiks ou des activistes théoriser autour de l'exploitation des salariés et de la lutte des classes, ça me fait fuir désormais. Oui j'approuve les théories économiques de John Stuart Mill ou de John Maynard Keynes. Pas celles de Milton Friedman ou d'Adam Smith, ni de Karl Marx ou de Piketty. J'aime bien Schumpeter. Je ne suis pas convaincu par Ricardo.

Bref, je fais de l'économie de marché la règle et le secteur public marchand l'exception.

Social-libéral certes mais toujours au PS pour l'heure. Et tant pis si la mode est à Corbyn ou à Sanders. Ces gens là sont sympathiques mais n'ont aucune chance d'arriver au pouvoir dans de grands pays libéraux comme les Etats-Unis ou l'Angleterre.

La recomposition politique de 2017 va arriver plus vite qu'on ne croit. Je sais avec quel leader politique je me sens à l'aise. François Hollande est le présent. Manuel Valls et Emmanuel Macron sont l'avenir. Il sera toujours temps de changer de structure politique si l'existant ne change pas, si le PS ne se dépasse pas. C'est un choix que je ferai le moment venu.

 

Commentaires