Retour
Small break

La question identitaire, un sujet à traiter en urgence.

L'afflux des réfugiés en Europe pose à nouveau la question identitaire.

Les sondages donnent des indications contradictoires sur l'opinion des Français face à cette vague de migrants. Mais comment s'étonner de chiffres élevés de refus d'accueillir quand le FN vogue si haut dans les sondages et que le parti LR de Sarkozy est fracturé sur la question, tenté par le repli. La gauche reste heureusement majoritairement favorable à la solidarité, généreuse et humaine et à tenir bon sur ses valeurs républicaines.

La peur du grand remplacement tenaille la droite. Les musulmans dont on montre à l'envie les défauts des plus radicaux et le mode de vie différent du nôtre notamment vis à vis des femmes sont pointés du doigt, quasiment obligés de s'excuser des crimes des pires d'entre eux, les salafistes et les fous de Daesch.

Est ce que la question identitaire mérite de devenir le débat central de la prochaine échéance présidentielle ? Si c'est le cas, c'est pain béni pour Marine Le Pen, on se battra sur son terrain. Mais a contrario à rester dans le déni, à ne pas parler d'une vraie question que se pose les Français et à rester sur les questions économiques et sociales, on ne résoudra rien et la plaie restera béante. 

Déminons le terrain en amont de la prochaine campagne. Clarifions nos positions, argumentons sur la chance que peut représenter l'accueil de migrants. Sur la nécessaire coopération pour que les pays se développent. Sur la fermeté indispensable contre les trafics clandestins. Pour ne pas être obligés d'improviser une ligne de défense, acculés dans un débat public. Traitons de la question entre nous avant que d'autres ne répondent à notre place et ne mobilisent les esprits avec leurs idées d'exclusion et de haine. S'il n'est pas trop tard.

Commentaires