Previous month:
janvier 2015
Next month:
juin 2015

mai 2015

L'important c'est la rose ... vraiment ?

Ca faisait longtemps que je n'avais eu envie de publier une note, même courte. Le passage sur les réseaux sociaux (Facebook surtout) est chronophage et source de rencontres imprévues. Il m'a littéralement aspiré et monopolisé de longs mois. Du coup j'ai perdu la notion du temps long si cher à Michel Rocard, le temps de la réflexion et de l'étude de la pensée d'autrui (livres, articles) qui est le seul capable de produire des analyses de fond, des idées et aussi des projets. J'y reviens aujourd'hui.

Je me sors la tête d'une élection départementale perdue sur le canton des Mureaux et d'un congrès socialiste gagné par JC Cambadélis et la majorité social démocrate du PS en me disant que la vérité est ailleurs. J'ai envie de prendre du champ avec l'appareil socialiste, ses joutes, ses combats au couteau pour des places d'apparatchiks, des médiocres luttes de couloir et de l'ombre. C'est ainsi je crois que le parti a perdu des dizaines de milliers de militants car il n'offre plus autant de perspectives aux passionnés de politique. Beaucoup se rendent compte que le système est verrouillé de l'intérieur et que si tu arrives tout seul avec tes petits bras musclés tu n'arrives nulle part. Mais c'est pareil dans la vie, si tu ne joue pas des coudes, si tu ne te bouges pas, tu n'avances pas. Entendons nous bien, je ne parle pas de places mais de formation, d'éducation militante et de lieu de débats.

Sauf que c'est usant et fatigant. Le système favorise l'accession des combinards et des intrigants, pas celle des compétences et des talents. Dès que l'on parle de société civile, d'ouverture, le parti se referme comme une huître. L'expérience du privé n'est pas toujours reconnue comme une richesse mais comme la méconnaissance des statuts et des règles propres à la puissance publique, ce qui est faux car on peut connaître les lois et règlements sans être fonctionnaire. C'est frustrant en de nombreuses circonstances. Je ne sais pas si j'ai encore envie de me colleter à ce genre de combats. Et ce n'est d'ailleurs pas la cause essentielle de ma morosité ponctuelle.

Un weekend de pluie, un peu de désordre personnel, une évolution professionnelle pas totalement satisfaisante, des prises de bec malvenues. De l'incertitude.  Il est temps de prendre un peu de recul avec tout cela. Mais c'est la fête des mères ... et cette rose là, fragile, affectueuse, d'une douceur enveloppante, je l'aime. Avec toute ma famille. L'important c'est cette rose là ...