Previous month:
avril 2013
Next month:
juin 2013

mai 2013

Un rêve d'Europe à l'aube de l'an II du quinquennat de François Hollande

J'ai écouté avec intérêt la conférence de F. Hollande jeudi après midi 16 mai. Le thème qui m'a le plus séduit concerne l'Europe. On a assisté à quelque chose d'important voire de fondateur de mon point de vue. 

En fait j'avais été étonné par la réponse négative de Hollande à Merkel aux offres de renégociation des traités pour aller vers plus d'union politique l'an passé. Il me semblait que c'était pourtant une direction à suivre pour un parti pro-européen. J'avais bien compris que Hollande ne voulait pas heurter les nonistes de notre parti. J'avais compris aussi qu'il ne voulait pas faire de cadeau à un gouvernement conservateur qui lui avait mis quelques batons dans les roues pour le pacte de croissance associé au TSCG. Et puis j'ai le sentiment que Hollande ne déteste jamais tant qu'être obligé de décider rapidement et sous contrainte. Il aime prendre le temps de mesurer le rapport de forces politique et savoir le maximum qu'il peut tirer d'une situation donnée.

Mais tout celà au fond c'est de la politique politicienne, loin des enjeux d'une Europe fédérale dont nous rêvons. On parle toujours d'Europe sociale, d'Europe des nations mais il est temps de dépasser l'incantation pour avancer concrètement. Alors celà passe par plus de démocratie et par plus de coordination tant le mode de fonctionnement actuel de type intergouvernemental est obsolète et lent. 

J'ai bien noté que Hollande avait évoqué plusieur points le gouvernement économique, l’harmonisation fiscale, la convergence sociale, la politique industrielle, la politique commune de l’énergie, les emprunts européens ... mais les allemands vont-ils nous suivre ? Pas sûr. Soyons positifs, les discussions ne font que commencer.

La mise en place de nouvelles institutions européennes plus démocratiques serait je crois la meilleure façon de rapprocher les citoyens d'une Europe qu'ils critiquent de plus en plus. Les commissaires de Bruxelles derrière lesquels s'abritent les chefs d'Etat et de gouvernement européens devraient être remplacés par des instances plus légitimes et plus efficaces. Un rêve, mais quel rêve !

Au delà des mesures concrètes que l'on attend et que j'espère à la hauteur du rêve engendré, il me semble que pourrait se dessiner à cette occasion une recomposition du paysage politique français et européen. Certains partis souverainistes et jusqu'au boutistes comme le FDG voudront-ils de cette nouvelle Europe ? Pas certains non plus que l'Angleterre nous suive. Disons le tout net : ce serait une sacrée clarification ! Et c'est sans doute aussi à celà qu'un stratège politique comme Hollande a dû penser pour la suite du quinquennat. Avoir choisi l'Europe au moment où l'euro scepticisme prédomine, c'est d'une certaine manière, le choix le plus courageux et clair de l'an II.

PRESSE

  1. Actualités correspondant à hollande europe


    1. La nouvelle Europe selon Hollande
      Slate.fr ‎- il y a 11 heures
      Au cours de la première année de son quinquennat, François Hollandes'est montré plutôt prudent sur la question européenne, à tel point ...
  2. Comment Hollande veut relancer l'Europe - Europe1.fr - Politique

    www.europe1.fr › Infos › Politique
    Il y a 1 jour – Politique : Comment Hollande veut relancer l'Europe - ZOOM - Le président veut concrétiser l'idée de gouvernement économique de la zone ...
  3. Hollande salué par Bruxelles pour son engagement européen

    www.lemonde.fr/europe/.../hollande-salue-par-bruxelles-pour-son-engag...
    Il y a 1 jour – La Commission européenne a précisé vendredi "attendre des propositions concrètes" des autorités françaises.
  4. La nouvelle Europe selon Hollande - Yahoo! Actualités France

    fr.news.yahoo.com/nouvelle-europe-selon-hollande-063903300.html
    Il y a 5 heures – Lisez 'La nouvelle Europe selon Hollande' sur Yahoo! Actualités France. En lançant son «offensive européenne», François Hollande prend ...

 


Un an de Hollandisme

HOLLANDENon rien de rien, non je ne regrette rien chantait Edith Piaf.

Moi non plus je ne regrette rien. Avoir soutenu François Hollande après l'explosion en vol de la candidature DSK est la meilleure décision politique que j'ai pu prendre ces dernières années. J'approuve entièrement la première année de l'action de François Hollande et Jean-Marc Ayrault. Bien sûr on pouvait sans doute améliorer bien des choses notamment au sein du gouvernement mais les orientations politiques majeures sont tout à fait celles dont le pays a besoin.

Qu'on les appelle social démocrates ou social libérales, les mesures liées à la politique de l'offre sont celles que je n'aurais jamais cru qu'un gouvernement de gauche pouvait appliquer. Hollande l'a fait. Cette lucidité et ce courage, je crois qu'on ne les attendait pas. D'ailleurs elles n'étaient pas totalement inscrites dans le discours du Bourget quand j'ai tressailli de surprise en entendant parler du monde de la finance comme l'adversaire N°1. Mais oui on peut faire cette politique pro business et être de gauche.

Maintenant il y a des comportements de grands patrons qui me sidèrent, surtout le PDG de Google. Que j'estime d'un cynisme anormal. Qui défendent les profits et les actionnaires aux dépens de l'intérêt général. Il faut les combattre. On n'y est pas totalement et pourtant ils le méritent. Que ce soit sur les gros salaires, les processus d'évasion fiscale ou les délocalisations, ces gens là ne sont pas des citoyens responsables et solidaires. Ce sont des prédateurs qui n'ont qu'un but : faire de l'argent par tous les moyens. 

Enfin je m'éloigne du sujet principal, Hollande. Il a pris la mesure de la situation politique et économique du pays. Il assume une impopularité record qui nous fera sans doute souffrir aux prochaines échéances mais je pense comme lui que c'est dans l'intérêt du pays. Et que les choses vont finir par se retourner. Le changement du monde allant par phases et par cycles, la crise de mutation de la vieille Europe va connaître un répit.

Alors oui je salue notre président et je lui souhaite de tenir le cap. Je suis et reste à ses côtés plus que jamais.


L'autre gauche manifeste le 5 mai, tirons en les conséquences

Le Front de Gauche manifeste le 5 mai à l'appel de Jean-Luc Mélenchon. Le PG, le PCF, les autres petites organisations du FDG et certains Verts de l'aile gauche d'EELV comme Eva Joly et Sergio Coronado vont défiler en commun à Paris et ailleurs. Qu'en penser ? C'est leur droit. Mais est ce utile ? Pas pour le gouvernement et la majorité parlementaire c'est certain. Pour la gauche c'est encore moins vrai tant le changement de cap demandé est illusoire et dénué de solutions pour le pays.

Il est étrange que cette marche pour la VIème République soit décidée pratiquement par un seul homme. Un homme qui pratique le gouvernement en petit comité de fidèles, court-circuitant le fonctionnement de l'appareil des partis, faisant d'ailleurs grincer des dents au passage. La VIème République vue par un leader au mauvais caractère donne ce résultat : des décisions solitaires, des imprécations, des insultes. J'ai été estomaqué de lire les menaces contre les médias au service du pouvoir "notez les noms ... pour vous en souvenir" sans doute pour les promener au bout d'une pique le jour de la révolution, après convocation devant un tribunal populaire. Rien qui soit rassurant pour un candidat premier ministre. Si on peut s'inquiéter des déclarations et des postures parfois déroutantes de certains des nôtres, que dire de Mélenchon ? Pourvu qu'il ne dirige jamais la France.

Si on lit un instant les propositions de Jean-Luc Mélenchon, que voit-on ? Des contre vérités à chaque ligne ou presque. Et une méconnaissance phénoménale de l'économie si ce n'est pas volontaire. Trois exemples : il indique que les salariés ne bénéficient que d'un abattement de 10% sur leurs revenus alors que les dividendes bénéficieraient de 40% ... Il omet simplement de préciser que ces 40% visent uniquement à tenir compte de l'impôt sur les sociétés de 33% déjà acquittés par les entreprises avant la distribution de dividendes. Par ailleurs, il confond la niche Copé et le régime de plus values en cas de cession. Enfin il trompe son monde en disant que la part des dividendes a grimpé de 3 à 9% depuis 1982 dans la valeur ajoutée des entreprises sans préciser que la part des salaires n'a pas changé mais que c'est celle des intérêts d'emprunt qui a chuté, les entreprises cessant de s'endetter. Bref, Mélenchon fait du Mélenchon, il communique avec une grosse caisse et ne s'embarrasse pas des détails ... Mais pour faire s'indigner le lecteur moyen du FDG aucune grosse ficelle n'est exclue. On croirait lire des tracts de l'extrême gauche. Tout ça pour pouvoir dire que "Hollande cajole les patrons".

Comment réagir face à une telle opposition dont la mauvaise foi le dispute à la hargne contre ses concurrents à gauche à savoir, le parti socialiste et ses alliés ? Jusqu'à présent François Hollande a affiché l'indifférence qu'il fallait face à un comportement outrancier. Mais au bout du bout, le leader du FDG n'a fait que poursuivre son travail de sape. Il a contribué autant si ce n'est plus que la droite à la chute de popularité du président. Il tape sur nous avec constance et s'offusque de la moindre protestation contre une telle attitude. C'est immature et irresponsable. Il faut siffler la fin de la partie.

J'attends de mon parti une prise de position officielle sur ces manifestations qui ne font qu'affaiblir la gauche. Au delà d'une condamnation de principe qui ne mène nulle part, il faudrait savoir quelle stratégie d'alliance le parti compte adopter. Sans clarification avant les municipales, j'aurais du mal à siéger dans la même majorité que ceux qui jouent la défaite de la gauche au pouvoir.

 


Dailymotion, fallait-il vendre à Yahoo ou non ? A priori oui.

La nouvelle affaire industrielle touche pour une fois une industrie du futur, le site de publications de vidéos Dailymotion possédé par FT Orange, dont l'Etat détient 27%. Yahoo était intéressé mais finalement Arnaud Montebourg a posé des conditions (un rachat à 50-50) que l'américain n'a pas accepté.

Qu'en penser ? D'abord il faut avouer que je ne détiens pas toutes les informations nécessaires pour avoir un jugement définitif. Mais essayons comme si nous étions à la table du conseil d'administration chargé de décider du sort de l'opération.

D'abord, l'état des lieux :

- Dailymotion est une petite entreprise (40M€ de CA) en croissance et qui gagne de l'argent.

- Elle occupe une position intéressante de challenger dans un secteur de haute technologie dont les besoins de financement sont importants.

- Orange recherche davantage un partenaire industriel qu'un partenaire financier. Le secteur requiert beaucoup de savoir faire marketing et de maitrise technologique dans un environnement en mutation constante. FT Orange a beau avoir des ressources, elle doit en chercher à l'extérieur, car ce n'est pas le coeur de son business.

Dans la course mondiale, peut-on à l'échelle française faire de Dailymotion un champion international à l'instar des Total, Airbus, L'Oréal, Carrefour, Vivendi, ... stars du CAC40 ? On en est loin. Dailymotion ne voit pas ses revenus et ses bénéfices exploser. Celà reste une grosse PME (ETI) du secteur numérique. 

Alors certes on peut rêver mais a t-on matière à rêver ? Les concurrents de Dailymotion s'appellent Youtube (le leader) et de nombreux sites comme MySpace, des américains bien installés. C'est donc un pari. Le pari de l'entreprise.

Que Montebourg veuille préserver les chances d'une entreprise française de se développer en conservant son ancrage territorial, quoi de plus normal. Quand les brevets, les licences et les droits commerciaux auront quitté la France de même que les centres de recherche et développement, que restera t-il ? Nous avons réussi dans le luxe en achetant des marques, en les développant sur le territoire national, en investissant. Ce serait donc logique de chercher à faire de même.

Il reste qu'à ce jour l'image de la haute technologie n'est pas associée à la France en matière numérique. On sait la qualité de nos ingénieurs, de nos techniciens et de nos consultants mais avons nous la capacité à transformer en business rentable nos réussites technologiques ? Pas évident. L'exemple du Rafale et du Concorde et de l'EPR sont dans toutes les mémoires.

Je crois qu'il va falloir trouver un partenaire solide à Dailymotion mais il faut relativiser l'enjeu en raison de la taille même de notre petit challenger. Pour croître, il va falloir une stratégie de classe mondiale et si aucun acteur français ne se manifeste, il faudra s'en remettre à un acteur américain ou européen. Le rachat pur et simple par Yahoo aurait sans doute plu aux petits actionnaires, ravis de faire une belle plus value, mais il faut songer au long terme quand les places sur le marché mondial de l'industrie numérique au sens large seront encore plus chères qu'aujourd'hui. Un Google se valorise 275 milliards de dollars soit 1 000 fois plus que ce que pèse un Dailymotion.

Enfin restons réalistes, il n'en va pas de l'indépendance de la France. La domination du marché du partage de vidéos en ligne ne remet pas en cause la souveraineté de la France. La vente de la pépite Dailymotion n'aurait pas eu d'autres conséquences que la consolidation de notre authentique champion national France Telecom Orange, dans un secteur autrement plus stratégique, celui de la téléphonie mobile. Est ce qu'Arnaud Montebourg en a conscience ?