L'Allemagne de Merkel grave pomme de discorde au PS
L'autre gauche manifeste le 5 mai, tirons en les conséquences

Dailymotion, fallait-il vendre à Yahoo ou non ? A priori oui.

La nouvelle affaire industrielle touche pour une fois une industrie du futur, le site de publications de vidéos Dailymotion possédé par FT Orange, dont l'Etat détient 27%. Yahoo était intéressé mais finalement Arnaud Montebourg a posé des conditions (un rachat à 50-50) que l'américain n'a pas accepté.

Qu'en penser ? D'abord il faut avouer que je ne détiens pas toutes les informations nécessaires pour avoir un jugement définitif. Mais essayons comme si nous étions à la table du conseil d'administration chargé de décider du sort de l'opération.

D'abord, l'état des lieux :

- Dailymotion est une petite entreprise (40M€ de CA) en croissance et qui gagne de l'argent.

- Elle occupe une position intéressante de challenger dans un secteur de haute technologie dont les besoins de financement sont importants.

- Orange recherche davantage un partenaire industriel qu'un partenaire financier. Le secteur requiert beaucoup de savoir faire marketing et de maitrise technologique dans un environnement en mutation constante. FT Orange a beau avoir des ressources, elle doit en chercher à l'extérieur, car ce n'est pas le coeur de son business.

Dans la course mondiale, peut-on à l'échelle française faire de Dailymotion un champion international à l'instar des Total, Airbus, L'Oréal, Carrefour, Vivendi, ... stars du CAC40 ? On en est loin. Dailymotion ne voit pas ses revenus et ses bénéfices exploser. Celà reste une grosse PME (ETI) du secteur numérique. 

Alors certes on peut rêver mais a t-on matière à rêver ? Les concurrents de Dailymotion s'appellent Youtube (le leader) et de nombreux sites comme MySpace, des américains bien installés. C'est donc un pari. Le pari de l'entreprise.

Que Montebourg veuille préserver les chances d'une entreprise française de se développer en conservant son ancrage territorial, quoi de plus normal. Quand les brevets, les licences et les droits commerciaux auront quitté la France de même que les centres de recherche et développement, que restera t-il ? Nous avons réussi dans le luxe en achetant des marques, en les développant sur le territoire national, en investissant. Ce serait donc logique de chercher à faire de même.

Il reste qu'à ce jour l'image de la haute technologie n'est pas associée à la France en matière numérique. On sait la qualité de nos ingénieurs, de nos techniciens et de nos consultants mais avons nous la capacité à transformer en business rentable nos réussites technologiques ? Pas évident. L'exemple du Rafale et du Concorde et de l'EPR sont dans toutes les mémoires.

Je crois qu'il va falloir trouver un partenaire solide à Dailymotion mais il faut relativiser l'enjeu en raison de la taille même de notre petit challenger. Pour croître, il va falloir une stratégie de classe mondiale et si aucun acteur français ne se manifeste, il faudra s'en remettre à un acteur américain ou européen. Le rachat pur et simple par Yahoo aurait sans doute plu aux petits actionnaires, ravis de faire une belle plus value, mais il faut songer au long terme quand les places sur le marché mondial de l'industrie numérique au sens large seront encore plus chères qu'aujourd'hui. Un Google se valorise 275 milliards de dollars soit 1 000 fois plus que ce que pèse un Dailymotion.

Enfin restons réalistes, il n'en va pas de l'indépendance de la France. La domination du marché du partage de vidéos en ligne ne remet pas en cause la souveraineté de la France. La vente de la pépite Dailymotion n'aurait pas eu d'autres conséquences que la consolidation de notre authentique champion national France Telecom Orange, dans un secteur autrement plus stratégique, celui de la téléphonie mobile. Est ce qu'Arnaud Montebourg en a conscience ?

Commentaires