Previous month:
avril 2012
Next month:
juin 2012

mai 2012

Une drôle de campagne législative

La campagne des législatives a débuté partout en France mais on ne sent pas à cette occasion une tension comparable à l'élection présidentielle. C'est normal, le rapport de forces et la logique de nos institutions devraient conduire à une majorité de gauche sereinement. Le pays est apaisé maintenant que l'hystérie Sarkozyste l'a quitté.

Avec un bloc de gauche autour de 45% contre une UMP autour de 32% et un FN vers 16% le reste allant aux partis charnières que le scrutin majoritaire devrait laminer (le Modem par exemple), les jeux semblent faits.

Ce n'est pas tant l'unité des appareils et des partis qui prévaut que celle des électorats. Le bloc des gauches et des écologistes est formé en raison de la victoire de François Hollande. La division des autres forces vient de leur défaite.

Par exemple, les reproches que peuvent se faire les partis de gauche entre eux pèsent de peu de poids face à la volonté de victoire des électeurs. Le vote utile va fonctionner à plein. Celui qui sera en tête au premier tour récoltera les suffrages en bloc au second quelque soit le comportement et la consigne des appareils. Personne n'est propriétaire de ses voix et ceux qui ne seront pas arrivés premiers seront priés ou contraints de se plier à la logique majoritaire. À gauche cela devrait s'opérer assez facilement même si localement il peut y avoir des frottements.

Chez moi à Acheres, l'objectif pour la gauche est de se qualifier au second tour et de faire le plus haut score. Le candidat investi sur la 6eme circonscription est Eddie Ait du Prg, le maire de Carrières sous Poissy. Je le soutiens d'autant plus activement avec mes troupes que j'espère bien le voir devancer le maire communiste de ma ville et se qualifier au second tour. Ce ne serait que justice quand on observe la vraie campagne de terrain, de conviction et d'idées que mène Eddie partout dans la circonscription comparée à l'apathie du notable local qui ne bouge pas de sa ville et qui ne fait aucune proposition.

Finalement, cela me convient parfaitement. C'est bien autour de la majorité présidentielle formée autour du Ps, du Prg, des Verts (EELV) et du MRC que sera construit le noyau dur du gouvernement Ayrault. Idéalement selon moi, nous devrions avoir la majorité absolue sans le Front de gauche et cela permettra de faire avancer le pays. J'aime beaucoup le premier ministre, l'homme JM Ayrault et les français aussi semble t-il. Il sera un atout primordial pour François Hollande.

Composer avec les écologistes ne me pose aucun souci même s'ils sont coriaces. On y arrive. C'est à gauche de la gauche que je crains l'instabilité et l'imprévisibilité. Trop de déçus du Ps en son sein. Trop de ressentiment. Des radicaux un peu trop agressifs. Pas facile de coexister, et pourtant j'ai tenté récemment des ouvertures mais l'exemple local est quelque peu décevant. Inutile de développer pour l'instant.

Bref vivement la victoire le 17 juin !


Quel gouvernement pour la France ?

Les spéculations vont bon train. Chacun pronostique l'arrivée de tel ou telle à Matignon ou au gouvernement.

Pour ma part je préférerais Jean-Marc Ayrault comme premier ministre. C'est celui qui a le plus de compatibilité avec François Hollande et en outre la capacité à fédérer une majorité parlementaire. Cette majorité sera composée des écologistes, du front de gauche (s'il le souhaite), du Prg, et du PS principalement. Dans cette majorité Jean-Marc Ayrault serait central. Ce ne serait le cas ni de Martine Aubry ni de Manuel Valls. La condamnation qu'il a subie en 1997 ne doit pas être un obstacle car elle a fait l'objet d'une réhabilitation 10 ans plus tard. Personne ne comprendrait qu'on se prive d'un talent reconnu au nom d'une règle édictée par François Hollande concernant principalement les élus condamnés pour corruption.

Autour de lui j'imagine qu'il faudra tenir compte de toutes les sensibilités de gauche et des écologistes. J'ai mes préférés au rang desquels je place Pierre Moscovici, Manuel Valls, Vincent Peillon, Michel Sapin, Jérôme Cahuzac et Marisol Touraine. Mais j'estime aussi que Martine Aubry, François Rebsamen, Laurent Fabius et Benoît Hamon auraient toute leur place dans ce gouvernement. Pour les partenaires ce serait a eux de décider mais Cécile Duflot et Jean-Luc Mélenchon en tant que chefs de partis pourraient s'intégrer à cette équipe de même que Jean-Michel Baylet et Robert Hue.

Il faudrait aussi faire de la place aux jeunes et aux femmes mais il faut d'abord penser à constituer une équipe expérimentée et solide. Quant à l'ouverture je ne crois pas que ce soit dans l'intention de François Hollande et de mon point de vue il a raison.

Je crois deviner que les questions internationales vont beaucoup occuper l'agenda du président et qu'il aura besoin de se reposer sur un premier ministre capable de traiter les affaires intérieures de façon ferme et loyale. Les Français observent le début de ce quinquennat avec l'espoir mais aussi sans trop d'illusions car les marges de manoeuvre sont étroites.

Il y a un préalable à ce gouvernement : la victoire et la constitution d'une nouvelle majorité présidentielle au Parlement. C'est bien pourquoi Jean-Marc Ayrault me semble le mieux placé au vu de son expérience parlementaire pour mener ce combat.


Monsieur le président de la république François HOLLANDE

Hollande-president

François Hollande est le deuxième président de la république française issu des rangs de la gauche sous la Vème république.

Il est l'héritier de François Mitterrand. Nous avons attendu 24 ans pour que cela arrive. En 1981, la gauche avait déjà attendu 23 ans. Ce fut encore plus long quand on sait ce que le titulaire des cinq dernières années a fait endurer aux français. Mais le bonheur est encore plus intense quand il est aussi rare.

Etrangement la sortie de Sarkozy semble plus digne et élégante que sa campagne violente et clivante pouvait laisser craindre. Il est sain que l'alternance arrive enfin mais elle devenait plus que celà, nécessaire et urgente. La France n'en pouvait plus des foucades et des dérives du sarkozysme, qui ont abaissé la fonction présidentielle.

L'ère Hollande s'annonce plus apaisée, plus rassembleuse, plus républicaine. Merci aux françaises et aux français qui l'ont compris et qui ont permis le changement.