La Grèce schizophrénique
Que d'émotions pour notre AAA couvé par Sarkozy

Faiblesse à gauche du PS

Je reste étonné en ces temps de crise économique et financière par la faiblesse actuelle du score de la gauche de la gauche dans les sondages. L'ensemble LO-NPA-Front de gauche ne dépasse pas 7% quand François Hollande caracole sur les 35%, score trop élevé pour rester à ce niveau en 2012.

Quand on sait que les Verts avec Eva Joly ne dépassent pas 4 ou 5%, cela fait néanmoins un total gauche sympathique autour de 46 ou 47%, bien supérieur aux 38 ou 39% de 2007.

Y aurait-il un vote utile au bénéfice du PS ? C'est à croire, le mérite en revenant à nos primaires citoyennes réussies et à l'envie d'alternance. Déjà en 2007, Ségolène Royal avait bénéficié d'un vote utile pour éradiquer le souvenir de 2002, mais il y a cette fois une envie supplémentaire : virer Sarkozy.

Mais pour en rester à ma réflexion sur la gauche de la gauche, je m'étonne du peu d'audience d'un Mélenchon à ce stade. Certes il fait mieux que Marie-George Buffet mais il est loin de peser au point que le PS ait envie de regarder ailleurs qu'au centre ou vers les Verts pour gouverner.

Il y a un vrai danger d'arrogance et de tentation hégémonique dans la situation actuelle. Je pense que François Hollande en a conscience même s'il aimerait disposer d'une majorité solide à l'assemblée nationale s'il est élu.

Il devrait déjà s'armer d'un vrai conseil politique pour les questions internationales car le flottement perceptible sur la crise grecque ne devra pas perdurer au risque de donner du corps à la critique sur l'inexpérience. Les commentateurs disent charitablement qu'il ne pouvait ni taper sur le premier ministre grec socialiste ni sur le président qui fait le job avec énergie si ce n'est avec des résultats. Je pense qu'il n'a pas eu un positionnement audible et clair. Que font Moscovici et Vedrine ? Ils pourraient le conseiller utilement il me semble.

La gauche du PS n'a trouvé ceci dit aucun discours alternatif audible. La crise n'aide pas la gauche radicale à capter le vote protestataire, c'est étrange. Pour le coup, je trouve que Mélenchon ne fait pas contrepoids face à Marine Le Pen. C'est un comble que 20% des français préfèrent l'extrême droite pour renverser l'ordre social et culturel ... L'envie de tout renverser ne passe quand même pas par ces gens là. J'ai une dernière explication qui me vient à l'esprit : la gauche du PS à l'intérieur du PS (Montebourg, Hamon) suffit à capter une partie de l'électorat radical. Encore un bénéfice des primaires ...

Commentaires