Previous month:
mars 2009
Next month:
mai 2009

avril 2009

Une opposition crédible et unie

Si demain il y avait des élections nationales, il n'est pas certain que la gauche l'emporterait. Il n'est pas évident que le PS soit perçu aujourd'hui comme une alternative crédible faute d'un leadership, d'un projet et d'une stratégie. Ce tryptique manque toujours cruellement au premier parti de gauche.

Est ce qu'une autre formation pourrait le réunir ? Pas vraiment, le Modem de François Bayrou a bien un leader et un projet "le gouvernement des meilleurs" mais pas de stratégie d'alliances. En fait de stratégie, pour Bayrou tout se jouera au premier tour de la présidentielle de 2012 : il se devra d'être devant le candidat du PS et tout sera dit pour lui.

Au PS, rien de tout celà. Martine Aubry travaille dit-on à l'élaboration d'un projet crédible pour 2012. Ce qui expliquerait sa faible visibilité médiatique. Un travail souterrain dont j'avoue n'avoir pas bien conscience à ce stade, mais je suis sans doute un peu trop impatient. Il y a pour l'heure les européennes qui mobilisent le parti. Oui mais en 2010 il y aura les régionales donc va-t-on attendre encore ?! Espérons que je sois trop pessimiste. J'attends avec impatience la convocation des conventions thématiques pour donner le vrai coup d'envoi de la réflexion collective.

C'est celui qu'on a taxé d'immobilisme dans le parti à savoir François Hollande, qui demande à ce que ces questions soient tranchées ou du moins débattues rapidement. En effet le médiocre congrès de Reims n'a rien décidé sauf de rejeter Ségolène Royal dans la minorité en disant que parler avec le Modem c'est mal. Malheureusement tout celà ne nous mène pas très loin. Et ceux là mêmes qui critiquent ces discussions en reviendront sans doute en 2010. J'ai l'impression de revivre les débats de 1977-78 avec le Programme commun où les communistes poussaient à la surenchère pour miner un PS en pleine ascension dans l'opinion. Nous avons perdu les législatives de 1978 à cause de cette division.

Alors faut-il céder à l'aile gauche du PS et à ce qui reste du PCF ? Non. Il faut un programme de gauche moderne, mariant justice sociale et efficacité économique. Il y faut de la crédibilité. A tous les niveaux en 2012 il faudra : un candidat crédible, un projet crédible, une stratégie crédible.

Signe d'espoir : nos camarades islandais sociaux-démocrates viennent de l'emporter après 18 ans de pouvoir conservateur sur un mot d'ordre pro-Union Européenne. Après également une crise sans précédent qui a démontré là bas les collusions entre la classe politique au pouvoir et les cercles de l'argent à l'image des conservateurs anglo-saxons. C'est vrai chez nous aussi, même si Sarkozy est passé maître dans l'art de brouiller les cartes, notamment en gauchisant de nouveau son discours avec sa pseudo moralisation du capitalisme financier. Pour l'heure il fait exploser surtout les déficits et la dette !

Pour gagner, le PS doit compter d'abord sur lui même, il doit se faire entendre sur tous les sujets, et si possible d'une seule voix. Pour que les français l'écoutent, il doit aussi ranger les couteaux au vestiaire. Enfin il doit faire apparaître un leader crédible. Et pour celà un seul mot d'ordre : travailler ensemble.


Martine Aubry lance la campagne des socialistes : "people first"

Comme le rapporte un article du Nouvel Obs, le PS a entamé sa campagne des européennes hier à Toulouse.

On sait que ce scrutin ne passionne pas les européens, que l'abstention atteindra des niveaux élevés.

C'est pourquoi le slogan de la campagne de tous les socialistes et sociaux-démocrates européens est "People first, les gens d'abord".

Il s'agit de faire une campagne positive, enthousiaste, mobilisatrice pour nourrir l'espoir d'une Europe plus forte et plus juste. Il ne suffira pas de critiquer une Europe libérale, une Europe passoire, une Europe égoïste représentée par les gouvernements français, allemand et italien notamment et par l'ineffable Barroso, le président portugais de la commission européenne.

Ne faisons pas comme l'UMP, ne confondons pas "people first" avec l'actualité people de certains ministres en disgrâce.

L'image désinvolte de Rachida Dati prenant l'Europe comme un sujet de plaisanterie devant les jeunes UMP est déplorable. Les commentaires sont le plus souvent très sévères à juste raison. 

A nous militants et sympathisants de gauche de faire en sorte qu'un mouvement fort d'adhésion s'organise autour des propositions des socialistes européens pour changer la donne. L'Europe c'est un sujet sérieux, important et grave. Les dirigeants socialistes européens se donnent 100 jours pour commencer à changer le visage de l'Europe. Un vrai défi à relever. Rendez-vous le dimanche 7 juin.