Damned : the irish said "NO" !
La terre tourne

35 h ou 65h ? La surenchère et la contre-réforme

Normes minimales ou harmonisation du temps de travail ? Voilà un débat qui embrouille de nouveau les esprits au bénéfice des jusqu'auboutistes de tous bords. Mais une chose est claire : la protection sociale et le droit du travail sont attaqués.

Quand l'Union Européenne - comme c'est son rôle -  s'emploie à légiférer sur le plan social comme le rapportent fort bien Maitre Eolas ou Alain Lipietz, malheureusement la confusion s'installe. Alors que l'Union tente de produire des normes, le fait qu'elle les produit sous forme d'un compromis ne satisfait personne, alors que par construction il ne peut en être autrement !

Si on doit résumer la question en deux phrases, comme l'a dit Nicolas Sakozy, il s'agit de savoir si l'Europe protège ou si elle expose. mais contrairement à ce qu'affirme notre président, la politique qu'il soutient ne protège pas les français. Rien n'est encore tranché, mais en acceptant des clauses d'opt-out (des exceptions, des dérogations) portant la durée du temps de travail jusqu'à 65 heures dans certains pays, l'Union Européenne envoie un mauvais signal pour la défense du modèle social de l'Europe Continentale.

Toute la difficulté est de parvenir à un compromis qui ne soit pas tiré vers le bas, c'est à dire vers la position la plus minimaliste en termes de protection des salariés. L'Europe sera rejetée par les peuples si elle ne fait rien, mais elle sera rejetée aussi si elle légifère en revenant sur les minimas sociaux sous prétexte d'adaptation à la mondialisation.

Le fait d'encadrer les législations nationales avec des normes aussi "basses" est en fait la clé du problème. C'est - comme le CPE- mal présenté comme un "mieux que rien" ce qui fait qu'avec nos 35 heures, nous "bénéficions" d'un avantage comparatif extraordinaire. Les salariés français sont stigmatisés comme des privilégiés ! Pas étonnant que les syndicats réformistes soient vent debout. Il fallait entendre ce matin la véhémence de François Chérèque contre le gouvernement.

Il a raison. Comment défendre efficacement le maintien de la durée légale à 35 heures si 48 heures est la norme ailleurs, pas très loin, dans un autre pays occidental, et pas en Chine à savoir la Grande Bretagne ? Les séides de la majorité vont bien entendu se servir de ces "exemples" étrangers pour fustiger à nouveau la paresse française et le peu de goût de la gauche pour la valeur travail. "Libérons le travail" va t-on entendre clâmer sur les bancs les plus à droite de l'Assemblée ! "Nous avons été élus pour celà !". "Sus aux 35 heures" !

La reprise du combat idéologique contre les 35 heures, présentés par une propagande récurrente comme une catastrophe économique, s'explique tout naturellement. L'Europe penche à droite, on le sait depuis que Sarkozy, Berlusconi et aussi Merkel ne l'oublions pas, sont au pouvoir. Dans deux ans, les tories seront sans doute revenus aux manettes en Grande Bretagne, ce qui fait qu'une coalition conservatrice aura les coudées franches pour "revitaliser l'économie" et "fluidifier le marché du travail" comme on lit dans les publications néo-libérales.

Ce débat sur la durée du travail n'est pas à mon sens assez vivement soulevé et entretenu par la gauche de gouvernement ici en France. Il devrait pourtant donner lieu à d'intenses débats quand l'affaire sera débattue à nouveau par le parlement européen en fin d'année. Qui le sait ? Qui s'en préoccupe ? Trop peu de monde, alors que chacun s'accorde à penser que l'Europe est trop éloignée des problèmes quotidiens. C'est faux, l'Europe s'en occupe mais pas assez devant les caméras. Ceux qui pensent que la France seule - gouvernée par la droite - va faire contre-pouvoir se trompent lourdement. Mais de là à accuser l'Union Européenne, c'est n'importe quoi. Ce ne sont pas les institutions qui sont en cause, mais les politiques pratiquées !

Demain 17 juin c'est un jour de grève en France décidé par la CFDT et la CGT. Le PS appelle à se mobiliser. C'est exceptionnel qu'il le fasse mais il faut participer, c'est très important de se défendre tous ensemble.

Commentaires